Comment faire face à une impasse bancaire ?

impasse bancaire

Pour faire face à une difficulté financière, y compris une impasse bancaire, le portage immobilier est une solution efficace. Cependant, cette opération est encore très peu connue du grand public. Il s’agit d’une version plus élaborée de la vente à réméré. À travers ses quelques principes, ce système renferme quelques avantages et peut réellement être une bonne alternative en cas de coup dur.

Le principe de base du portage immobilier

Pour de multiples raisons, un propriétaire peut à un moment donné avoir des problèmes d’ordre financier. En conséquence, il aura du mal à s’acquitter du remboursement de ses mensualités. Cette situation peut engendrer un fichage à la Banque Centrale, ce qui l’empêche ensuite d’effectuer d’autres emprunts bancaires. De ce fait, il se retrouve dans une impasse. Pourtant, la banque peut exiger de lui le remboursement immédiat de son crédit. Afin de sortir indemne de ce genre de situation quelque peu stressante, il est possible de céder à un investisseur un bien immobilier à un prix décoté pouvant aller jusqu’à 30 %. De cette manière, le propriétaire pourra rembourser intégralement ses dettes. Ce dernier peut rester dans son habitat, mais en revanche, il doit payer un loyer auprès de son investisseur qui a racheté son logement principal. Après une période définie dans le contrat, il peut racheter de nouveau sa maison. Le portage est alors un contrat de vente avec une possibilité de rachat. Pour aller plus loin, le site dédié apirem.fr présente de nombreuses informations intéressantes et utiles à ce propos.

Les avantages du portage immobilier

Pour l’investisseur et le propriétaire, le portage immobilier présente de nombreux avantages. Concernant le propriétaire, il reçoit les liquidités nécessaires afin de procéder au remboursement de son capital dû. Par la même occasion, il pourra débuter d’autres activités dans le but d’obtenir des revenus supplémentaires. Ce système permet également de lui éviter la saisie de son bien par son établissement bancaire. Dans la mesure du possible, il vaut mieux faire en sorte de ne jamais arriver à ce stade. En effet, ce dernier a le droit d’utiliser son logement et le racheter quand il aura de nouveau les moyens. Une fois ses dettes épongées, le fichage à Banque de France est retiré. Par rapport à l’investisseur, une telle solution lui permet de profiter d’un rendement en toute sécurité. Tous les mois, il encaisse un loyer et les charges sont allégées tout au long du portage. Dans le contrat préalablement défini, le prix de rachat doit y être clairement indiqué pour éviter les discordes. Quelques plateformes spécialisées proposent aux particuliers des accompagnements sur-mesure afin de guider les propriétaires dans cette démarche. 

Les paramètres à prendre en compte avant de se lancer

Dans un premier temps, il convient de connaître la situation personnelle du propriétaire souhaitant réaliser la vente de son bien. Quelles sont les motivations qui le poussent à opter pour cette solution ? Si par exemple, ce dernier a récemment perdu son emploi, le portage immobilier peut lui être d’une grande aide étant donné qu’il finira par trouver un travail tôt ou tard. Lorsqu’il sera de nouveau en poste, sa situation financière s’améliorera progressivement et il peut envisager le rachat de sa maison. Dans le cas contraire, d’autres solutions sont à prévoir rapidement. Par la suite, il est important de bien évaluer la valeur du logement afin de déterminer le prix de rachat. Ce qu’il faut retenir c’est que le propriétaire doit avoir une rentrée d’argent pour qu’il puisse être en mesure de régler le loyer et subvenir à ses différents besoins. Autrement, il peut se servir de manière provisoire de la liquidité qu’il a obtenue pendant la vente de son bien. Dans le cas où il ne peut pas payer le loyer, ni l’investisseur, ni moins les banques ne peuvent faire quoi que ce soit pour ce dernier. En effet, l’investisseur trouvera d’autres locataires. Le contrat de portage prend fin quand le propriétaire rachète son logement ou lorsque l’échéance arrive à son terme.